le kiosque

plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus

L'Assemblée - Agenda - Les membres - Les projets - Le journal -
Mardi 4 février 2020 à Paris, local des Citoyens du Monde

à partir de 14 h 00 (heure de Paris UTC+1)

En visioconférence sur inscription

ordre du jour (en évolution)

Conseil fédéral du Registre des Citoyens du Monde

  • Visibilité des Citoyens du Monde sur la toile (web)
  • Les derniers enregistrements (nouveaux citoyens du monde)
  • 3èmes élections au Conseil Fédéral : personnes éligibles
  • Congrès Universel d'Esperanto à Montréal
  •  

Conseil des Territoires Citoyens du Monde

  • Promenade Louis Sauvé (Cahors)
  • Un livre : "Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action, de 1945 à nos jours." disponible en ligne et en librairie le 25 mars.
  • 70ème anniversaire de la mondialisation de Cahors et du Lot
  • Remise des certificats de mondialisation au Cameroun 
  • Remboursement des frais à Jacqueline Etoune et à Alain Noël Njiokem Nkwatchou.

Assemblée des Citoyens du Monde (ASCOP)

Comité pour le Congrès des Peuples

  •  

Citoyens du Monde Paris-13 (association parisienne du Registre des Citoyens du Monde)

  • Changement d'opérateur téléphone et Internet. gestion du nouveau compte
  • Permanences au local 
  • Cojouissance. du local
  • Les "Cafés Citoyens du Monde"
  • ... autres

Agenda et divers

  • Date de la prochaine réunion :
  • 25 mars : sortie du livre de Michel Auvray : Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action, de 1945 à nos jours".
  • du 7 au 10 mai, à Saint-Junien (France, 87) : festival "Foutez-nous la paix !"
  •  

A signaler :

Clôture prévue à 16 h 00 

Se sont annoncés : Nathalie Kesler, Peter Davidse, Daniel Durand,

Sont inscrits pour intervenir en visioconférence : Roger Winterhalter, Télesphore Balonga, Vincent Peingnez, René Wadlow,

Se sont excusés : Christian Trianneau, Claudine Fischer, Bruno Chevallier, Jean-Baptiste Chollet,

Ont envoyé un message : Bruno Chevallier

  •  


Annexes

Annexe 1

Festival de la paix à Sant-Junien (France, 87)

  En mai prochain, l’association Foutez-nous la paix ! organisera la première édition de son festival éponyme. Ce nouveau rendez-vous propose aux habitants du territoire de réfléchir à la notion de paix et de la faire vivre par le biais d’une programmation populaire, riche et ouverte, sur l’autre et sur le monde. Créée en novembre dernier, l’association compte une vingtaine de membres. Elle présentera chaque année son festival en mai autour de deux dates clés : la commémoration de la fin de la 2e guerre mondiale et celle, moins connue, de l’abolition de l’esclavage (10 mai).

La première édition aura lieu du 7 au 10 mai. 25 ans après la fin du conflit en Bosnie, nous parlerons de paix, mais aussi d’une période sombre de notre histoire à l’occasion des 75 ans du massacre de Setif en Algérie. Un hommage sera également rendu au Général de Bollardière, ancien résistant, pacifiste convaincu et seul officier de haut-rang de l’armée française à avoir dénoncé la torture en Algérie.

Chaque année, nous ferons donc honneur à un militant de la paix disparu sous la forme d'un support artistique qui sera apposé dans un espace public de Saint-Junien (rue, place ou parc). Au fil du temps, ce lieu deviendra un véritable ex-libris de la ville et s'intégrera dans un itinéraire de la paix dans la région.

Parrainé cette année par Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, ce festival déroulera un programme de projections, de débats, de spectacles, d'expositions, d’ateliers et de rencontres notamment à destination du jeune public.

Pour cette première édition, nous avons le soutien, entre autres, des collectivités territoriales. Nous pourrons compter également sur l'appui de L'Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre, de la revue Silence et des Amis du Monde Diplomatique.

Nous aimerions donc solliciter également le concours de Citoyens du Monde (et les organisations afférentes) pour un soutien financier et la possibilité de communiquer sur notre événement. Nous serions ravis que notre projet, qui se veut éducatif, culturel et porteur de solidarité internationale, soit soutenu par Citoyens du Monde dont les valeurs sont les nôtres.

Par ailleurs, nous organiserons dans le cadre du festival un "Salon de la paix" le samedi 9 mai après-midi à la Halle aux Grains de la ville. Vous pouvez y tenir un stand si vous le souhaitez tout comme les organisations membres de votre réseau (Jeux Mondiaux pour la paix, Groupe Louis Lecoin, etc.).

Nous avons également besoin de bénévoles le temps du festival. Il est possible enfin d'adhérer à notre association pour nous soutenir.

Face à la crise sociale et climatique et aux risques de conflits qui en découlent, il est urgent de parler de paix!

Matias Pascal


Annexe 2

Inauguration de la promenade Louis-Sauvé.

Cahors, le 19 octobre 2019.

1. - Hommage de l’historien Michel Auvray

Louis Sauvé, 1er octobre 1917-10 février 2019. Médecin hospitalier et Citoyen du Monde, Louis de Gonzague Sauvé le fut. Résolument. Car si ce natif de la région parisienne exerça d’abord la médecine générale à Gramat, il entra dès juin 1948 à l’hôpital de Cahors, l’un des deux seuls établissements hospitaliers, avec celui de Saint-Céré, à être titulaire de la médaille de la Résistance. Il y créa un département d’anesthésie-réanimation et le Centre de transfusion sanguine, l’un des tout premiers de France, ce qui lui valut dès le mois d’octobre 1948 un article élogieux dans La Dépêche du Midi. Médecin hospitalier, ce praticien issu d’une dynastie médico-chirurgicale de dix générations – comme l’indiquent ses Mémoires portant le titre de Salvando Salvatus, en sauvant sauvé –, il le demeura jusqu’en 1983, alors responsable des urgences et toujours au service des Lotois.

Ce père de huit enfants exerçant pour la plupart dans le corps médical en adopta d’autres tant il était ouvert à l’Autre. Et, à l’instar de Socrate, Érasme ou Victor Hugo, il s’affirma Citoyen du Monde. Comme eux, selon la formule du poète, il voulut « avoir pour patrie le Monde et pour nation l’Humanité ». En 1949, il s’engagea dans l’action visant à la proclamation de Cahors Mundi, du kiosque des allées Fénelon au parvis de Notre-Dame de Paris, au point de présider le Conseil de mondialisation qui accueillit le Prix Nobel de la paix John Boyd Orr.

Quelques années après le drame d’Hiroshima, en pleine guerre froide, alors que planait la menace d’un conflit atomique, il fut de ceux qui, tels Albert Einstein et Albert Camus, l’abbé Pierre et tant d’anciens résistants non communistes, agirent pour un Monde uni. Aux côtés du maire radical Jean Calvet, du socialiste Maurice Mirouse et du franc-maçon Pierre Lafargue, ce chrétien voulut faire de Cahors une ville ouverte aux autres, une ville qui change le monde.

Louis Sauvé, je ne l’ai rencontré que tardivement. Mais je viens de passer cinq ans en sa compagnie. Intellectuellement s’entend. En historien. Le livre que je viens de consacrer à l’histoire des Citoyens du Monde, donc de Cahors Mundi, qui paraîtra en février, porte une centaine de fois son nom. C’est dire si son rôle fut important, essentiel, dans la mondialisation de notre ville et de 239 communes du Lot.

Toute sa vie, Louis Sauvé restera fidèle à cet idéal. C’est à juste titre que, lors de son décès, en février dernier, sa famille tint à rappeler sa qualité de Citoyen du Monde, tant dans la presse qu’à l’église Saint-Barthélémy. Il est légitime que son nom soit inscrit, ici, dans l’espace public, pour honorer sa mémoire. Il y a quatre ans déjà, j’avais évoqué cette possibilité avec Bernard Delpech, qui est très sensibilisé à cette histoire. Aujourd’hui, je remercie vraiment, très sincèrement, Jean-Marc Vayssouze-Faure d’avoir accepté, sans hésitation aucune, trois jours après le décès de Louis, ma proposition renouvelée. Celles et ceux qui ont eu l’honneur d’être reçus ces dernières années dans le cabinet de M. le Maire le savent. Une photo de Jean Dieuzaide orne l’un de ses murs : elle montre Louis Sauvé serrant la main de villageois près d’une borne de cette Route symbolique qui se voulait mondiale et sans frontières. C’était le 24 juin 1950, il y aura soixante-dix ans l’an prochain. Et je ne doute pas que nous aurons à cœur de célébrer dignement cet anniversaire pour réaffirmer certaines valeurs essentielles par trop bafouées.

La dénomination ayant été adoptée à l’unanimité lors du conseil municipal du 17 septembre dernier, sa famille et ses amis peuvent être fiers de cet hommage. Ici, tout près de ce pont emblématique de notre cité où fut ouverte cette Route symbolisant la solidarité entre les villes du monde, de New York à Moscou, de New Delhi à Koenigswinter, comme l’indiquent ses bornes. Ici où, par milliers, des Cadurciens assistèrent à cet événement, ravis par un son et lumière aux accents d’une symphonie de Beethoven qu’avait choisie ce mélomane. Ici où, depuis le 24 mai dernier, une nouvelle borne rappelle les liens qui nous unissent aux autres, par-delà les frontières.

Cette belle promenade aurait eu ses faveurs, lui qui aimait tant marcher au bord du Lot et sur les sentiers du Quercy. D’autant qu’elle est non loin du pont Stéphane-Hessel, ce diplomate né comme lui en octobre 1917 et Citoyen du Monde qui appelait à s’indigner face aux justices. Qu’elle est proche de la rue et plus encore de l’avenue portant le nom d’André Breton, le poète qui, venu aux Journées des mondialisations, fut charmé par le site de Saint-Cirq-Lapopie au point de cesser de se désirer ailleurs.

Sur le Citoyen du Monde Louis Sauvé, son rôle déterminant, l’historien a beaucoup à dire. Mais ce n’est pas le moment d’être prolixe. J’aurai maintes occasions, l’an prochain, de lui rendre hommage. L’engagement de Louis Sauvé fut tel, sa fidélité à cet idéal si constante que c’est avec des propos qu’il donna en 2000 à une journaliste d’un hebdomadaire lotois, que j’ai choisi de conclure mon livre sur l’histoire des Citoyens du Monde. Ce témoignage, permettez-moi de vous le faire partager :

« Nous avons lancé, disait-il, un cri devant l’incapacité totale des gouvernements à gérer la planète. […] Notre combat était celui de la guerre à la guerre. Nous étions passionnés. […] Aujourd’hui, le terme de mondialisation, que nous avons créé, représente exactement le contraire de ce que nous lancions à l’époque. Pour nous, le mondialisme, c’était un ordre mondial nouveau qui ne soit pas imposé par les plus riches, mais organisé par les voies démocratiques. Ce qui était évidemment très vague, voire complètement farfelu. Mais si on ne rêve pas, on ne fait rien… », concluait-il.

Vingt ans plus tard, la mondialisation, la globalisation plutôt, est plus encore celle des marchés financiers, de la marchandisation, de la concurrence déloyale entre salariés, de l’exclusion sociale. Bref, la guerre de tous contre tous. La montée des nationalismes et des crispations identitaires, l’incapacité des États européens à donner asile aux réfugiés et migrants qui fuient la guerre et la misère, prennent maintenant des allures de cauchemar. Comment, alors, ne pas rendre hommage à cet humaniste qui sut initier et faire vivre ce beau rêve collectif de fraternité universelle ? Puisse le nom de cette promenade nous rappeler désormais à nos responsabilités.

Michel Auvray

2. Allocution du Maire de Cahors Jean-Marc Vayssouze-Faure

Mesdames, Messieurs,

Le 10 février 2019, à l'âge de 101 ans, le Docteur Louis Sauvé nous quittait, ponctuant une vie d'une richesse singulière.

Père, médecin, Citoyen du Monde, Chrétien, homme de culture et de coeur, Louis Sauvé avait pour dénominateur commun l'engagement et la générosité.

Que son parcours fût riche et éclatant !

Parisien d'origine, son histoire avec le Lot débute à Gramat en 1946 lorsque Louis Sauvé s'y installe en qualité de médecin.

Très vite, il deviendra médecin à l'hôpital de Cahors. Intégré au service du docteur Jean Rougié dont notre centre hospitalier porte le nom, Louis Sauvé créa en 1948 un département hospitalier dans une discipline alors absente de nos territoires ruraux. Précurseur, animé par le serment d'Hippocrate, le docteur Sauvé démontra, par tous ses actes et tous ses engagements, la valeur inestimable qu'il accordait à la vie.

Alors que seule Toulouse dispose d'un centre de transfusion sanguine, il dote Cahors et notre département d'un établissement dont on connaît l'utilité publique et l'importance dans la chaîne de la vie.

Acteur de la modernisation de l'offre de soin de notre territoire, il laisse en héritage une structuration sanitaire dont les Cadurciens et les Lotois profitent encore.

Président-bénévole de la Croix Rouge départementale, il fit se rejoindre en cette occasion ses compétences et sa générosité.

Figure du siècle passé, c'est l'histoire d'un homme engagé, d'un humaniste et d'un visionnaire dont se souviendront la ville et celles et ceux qui avaient eu le privilège de connaître le Docteur Sauvé et d'œuvrer à ses côtés.

D'œuvre il est particulièrement question quand il prit part à la rédaction de la charte de mondialisation aux côtés de Robert Soulage dit Sarrazac.

C'est l'épopée des Citoyens du Monde, l'autre grand engagement de sa vie, qui se joue à cette occasion.

Alors que le monde, en cette immédiate après-guerre, est encore traumatisé par des nationalismes exacerbés qui ont conduit les peuples à s'affronter, nait ici, depuis Cahors, une épopée mondiale.

Ce qui s'apparente à une utopie est avant tout l'expression d'un refus : celui de laisser une appartenance nationale conduire au repli et à la guerre.

Louis Sauvé contribua alors à l'ancrage territorial du mouvement des Citoyens du Monde. Présidant le conseil de mondialisation du Lot dont le siège était situé à la librairie Francès devenue librairie Lagarde, il fut de ceux qui permettront au mouvement de rayonner dans le département.

Ouvert à l'autre, à la différence et aux cultures venues d'ailleurs, il fit de Cahors la première ville mondialisée à l'orée des années 50.

C'est ainsi que les 24 et 25 juin 1950 constituèrent des journées historiques pour le monde. Depuis Cahors, des drapeaux aux couleurs des Etats flottent sur la ville et notamment sur le balcon de la mairie. La foule se presse, au pied de l'hôtel de ville comme devant le pont Valentré. Elle reste, grâce aux images et aux documents historiques, la preuve de l'engouement populaire qui entoure l'évènement. Le prix Nobel de la paix, Lord Boyd Orr, autre grande figure du mouvement, est de ces journées. Il y prend la parole depuis l'hôtel de ville devant un public en liesse.

Alors que nous célèbrerons l'an prochain le 70e anniversaire de l'ouverture de la Route mondiale sans frontières n°1, dont la première borne fût implantée le 24 juin 1950 ici même, au pied du pont, souvenons-nous que Louis Sauvé était tout naturellement de

ce moment historique.

Mélomane, pianiste accompli, amoureux de musique classique, il choisit pour l'occasion une symphonie de Beethoven pour accompagner l'inauguration de la Route mondiale.

Alors que la Ville a récemment assuré la mise en valeur de la promenade située le long des berges du Lot, rouvrant le passage sous la première arche du Pont Valentré, la symbolique ouvrait une autre voie : celle d'associer à ce lieu chargé d'histoire le nom du docteur Louis Sauvé.

Situé à proximité de la première borne de la Route mondiale sans frontières n°1, le site invitait, tout naturellement, à être associé à Louis Sauvé.

En mémoire de l'engagement de cet homme et de son héritage, en mémoire d'une vie qui lui fit partager amour, culture, sciences et avant-garde, en mémoire de sa famille, et notamment de son épouse partis 9 ans avant lui, la Ville de Cahors souhaite rendre hommage.

A cet homme doté d'une grande humanité et guidé par la valeur universelle de la vie, la Ville, sa famille, ses proches et l'association Cahors Mundi sont heureux et honorés de dédier à Louis Sauvé cette promenade riche de symboles pour l'homme et ses amis.

L'occasion de témoigner de notre reconnaissance collective pour l'oeuvre léguée et d'assurer aux siens que la cité entend bien faire perdurer sa mémoire et celle de ses nombreux combats.

Puisse la clairvoyance de cet homme guider les pas de ses contemporains et inviter le présent à se souvenir que les frontières, si elles protègent et signent l'ancrage culturel des hommes, sont parfois les instruments du repli et du refus de la différence.

Formons le vœu que la conviction mondiale du Docteur Sauvé et de son mouvement recouvre actualité et légitimité au sein du territoire mondial du Lot et partout en cette planète. Que le local soit synonyme d'ancrage et le monde terre des hommes.

Cahors se sent prête à faire perdurer cet héritage. Il en va de notre culture autant que notre responsabilité.

Je vous remercie.

Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE


Actes historiques du colloque Garry Davis et les 70 ans de la Citoyenneté Mondiale

Présentation et bon de commande

Presse fédéraliste Collection Textes Fédéralistes Actes historiques du colloque « Garry Davis et les 70 ans de la Citoyenneté mondiale » - Paris, novembre 2018 Par, Michel Auvray, Nicolas Barret, Jean-Francis Billion, Alessandro Bresolin, Pierre Chevalier, Daniel Durand et Marion Larché.

Édition préparée par Michel Auvray et Jean-Francis Billion Broché / 118 pages – Format 13,8 x 21 cm - Prix : 12 € - ISBN : 978-2-491429- 02-7

Actes historiques du colloque « Garry Davis et les 70 ans de la Citoyenneté mondiale » – Paris, novembre 2018, est le dix-septième volume de la collection « Textes fédéralistes ». Il doit être considéré comme une introduction à l’idée de Citoyenneté mondiale, antichambre à une fédération mondiale seule capable à terme de plus en plus rapproché de gérer les affaires du monde.

Les textes présentés ici sont, par ordre alphabétique, les communications de : Michel Auvray, Nicolas Barret, Jean-Francis Billion, Alessandro Bresolin, Pierre Chevalier, Daniel Durand et Marion Larché, présenté(e)s dans les dernières pages de l’ouvrage. Ils étudient divers aspects de l’histoire de la Citoyenneté mondiale. Certains auteur(e)s sont enregistré(e)s comme citoyen du monde ou engagé(e)s au sein des mouvements fédéralistes, d’autres non. Tous ont participé les 18 et 19 novembre dernier, à l’Assemblée nationale puis à l’Unesco, à l’un des panels « Aux origines du mondialisme », « Aux origines de la Citoyenneté mondiale » et « Quel avenir pour la démocratie mondiale ? ». Presse fédéraliste, avec leur accord, a souhaité regrouper les seules interventions purement historiques de ces deux journées de colloque. L’association organisatrice de ces manifestations, Pangee O.N.G., dirigée par Mme Nathalie Kesler, ambitionne de publier les Actes in extenso – ou presque – de ces deux journées intensives dont elle a pris la responsabilité ; nos lecteurs intéressés pourront probablement les consulter sur le lien indiqué dans la note aux lecteurs au début de ce livre en attente d’une éventuelle autre édition papier.

BON DE COMMANDE

À retourner à Presse fédéraliste, Maison de l’Europe, 7 Rue Amédée Bonnet, 69006 Lyon – www.pressefederaliste.eu Nom.......................................................................... Prénom ...........................................................................................

Adresse : ...................................................................................................................................................................................

Téléphone : ........................... Courrier électronique : ............................................................

Veuillez m’adresser ........ exemplaire(s) de Actes historiques du colloque « Garry Davis et les 70 ans de la Citoyenneté mondiale ». Prix

public 12 € - Soit un total de .....................€ (hors coût d’envoi à vous spécifier).

Paiement à l’ordre de : Presse fédéraliste CCP 2490 82 P LYON À ............................................. le................................... Signature :

 

Pour participer en direct à la visioconférence :

L'expérience de visioconférence se base, en 2020, sur l'utilisation de la plateforme zoom.us. Pour participer en direct,

  1. il faut s'inscrire auprès de "visio2020@citoyensdumonde.fr".
  2. Les personnes inscrites recevront un message au moment de l'ouverture de la réunion.
  3. Il suffira alors de cliquer sur le lien proposé. 

Conditions techniques pour intervenir dans une visioconférence zoom.us, il faut :

  • une connexion haut débit par ADSL ou par fibre.
  • un ordinateur suffisamment récent (avec un bon processeur)
  • avoir installé un navigateur compatible : "chrome" ou équivalent (IOS.10/Safari ...)

 

Archives des comptes-rendus

Au sujet du site