plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus
-----
L'Assemblée - Agenda - Les membres - Les projets - Le journal -
Réseau Forum Interncommunautaire pour le Social et la Paix

Réseau ForS-Pax

domaine

Droit humains

Identité

Nature de l’organisation : Collectif d' organisations non gouvernementales (ASBL opérant en RDC )

Statut légal : ASBL. Numéro d’enregistrement : Acte notarié n° 036/2012 du 26 Avril 2012/ K .0CC.

Enregistrement au Ministère du Plan et Suivi de la Révolution de la Modernité: N°027/MINPLSMRM/DPP/K.OCC/bm/2016 du 18 Mars 2016 du CDP/K.OCC.

Récépissé de l’obtention de la personnalité juridique : n° F.92/26.974 du 07 Juillet 2016 du Secrétariat général à la Justice/Ministère de la Justice et des droits Humains de la RDC.

Buts

le Réseau ForS- Pax a comme mission de contribuer

  • à l'amélioration du social,
  • à la promotion de la paix
  • et à la protection des droits humains

dans les communautés congolaises en général et celles des zones enclavées en particulier. De ce fait, il se veut être un espace d'échange, d'apprentissage, de mutualisation d'expériences , de renforcement des capacités entre acteurs ; fédérer et consolider les efforts pour la mobilisation des ressources en faveur des communautés locales en général et des groupes vulnérables en particulier.

Objectifs

Plaidoyer, monitoring, promotion de la bonne gouvernance, protection des groupes vulnérables, réforme législative par élaboration des Edits et plaidoyer pour leur vote et leur promulgation par les autorités gouvernementales.

Activités

personnes impliquées

Bertin MASANSA MA NKEMBA

adresse

242, Ex. Imprimerie Bakajika, Avenue Kinkole, Q. Malandji (à côté de la SONAS), KANANGA, Kasaï Central, République Démocratique du Congo

TEL

+243 991 989 594 - +243 811 789 068

Courriel

rforumsocial22

forspax2012

www et
références

Promouvoir et défendre les droits (COSI) Lien externe

banque

fondé le 08/03/2012

mise à jour : 18/11/2016

CE QUE LES COMMUNAUTES LOCALES ATTENDENT DES DECIDEURS PROVINCIAUX ET NATIONAUX

Ci -dessous, les avis des enfants et des femmes vivants dans des localités minières du Kasaï occidental :

1°) Par rapport à l'exploitation des enfants dans les concessions minières :

Que des mesures appropriées soient prises par les principales autorités de la Province pour interdire l'exploitation des enfants dans les concessions minières. Parmi ces mesures, figure en priorité : le vote et la promulgation de l'Edit provincial portant interdiction de l'embauche et l'exploitation des enfants dans les mines de la Province du Kasaï Occidental, leur sortie des mines, leur réinsertion sociale, ainsi que la répression de toute infraction à ces dispositions pertinentes.

Que les principales autorités provinciales et nationales procèdent à l'évaluation et au renforcement des mesures portant sur la gratuité de l'enseignement au cycle primaire, dans la province du Kasaï occidental, car la Loi Cadre n° 005/86 précise que l'enseignement national a pour finalité la formation harmonieuse des Congolais sans distinction de sexe ni de leur catégorie sociale afin qu'ils deviennent des citoyennes et citoyens responsables, utiles à eux-mêmes et à la société, capables de promouvoir le développement du pays et la culture nationale.

Que les autorités créent des centres de rattrapage scolaire pour les enfants déscolarisés vivant dans les concessions minières ;

Que les autorités veillent à l'application des lois et règlements tels que le code minier en vigueur, en mettant un accent particulier sur l'encadrement et la réinsertion familiale et scolaire des enfants, victimes de l'exploitation dans les concessions minières.

Que le Gouvernement congolais améliore les conditions de vie des enseignants et la qualité des infrastructures scolaires. Que l'indicateur prônait par le Gouvernement : un an, une école pour chaque territoire, soit réellement réalisée pour une bonne contribution aux OMD.

Que le gouvernement procède à la vulgarisation des standards de l'éducation, et renforce les capacités des acteurs éducatifs ; Problèmes prioritaires de l'éducation et de la santé au Kasaï occidental :

  1. Insuffisance des infrastructures éducatives adéquates voire manque dans les villages miniers ;
  2. Insuffisance très criante des enseignants qualifiés dans les sites miniers de la province.
  3. Faible taux de scolarisation des filles et garçons en âge scolaire dans les zones minières de la province ;
  4. L'absence et /ou l'insuffisance des écoles spécialisées pour la récupération des adolescents n'ayant jamais fréquenté l'école
  5. Manque de structures de santé et sources d'eau potable dans les mines qui sont déjà devenues des villages

N.B Disons que tout est prioritaire en matière d'enseignement des filles et garçons car l'avenir de la RDC en dépend.

2°) Par rapport à l'exploitation des femmes dans les concessions minières :

" Tous les citoyens sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois " article 12 de la Constitution de la RDC.

Les filles mères et les femmes ont aussi droit à la vie, à la liberté, droit au travail décent, droit au mariage, droit de participer à la gestion de la cité, droit à un environnement sain et protecteur, etc. Pour ce faire,

Que les autorités (gouvernement provincial) créent des activités génératrices des revenus et les centres d'alphabétisation conscientisante pour les femmes et les filles mères, vivants dans les localités minières, et s'engagent à combattre l'impunité des violences sexuelles. Sur le plan sanitaire, que les autorités créent les structures de santé et appuient l'aménagement des sources d'eau potable dans les mines pour réduire la vulnérabilité des femmes.

Extrait d'un bulletin de février 2014

 

Au sujet du site