plan de cette partie du site - autres langues - sommaire

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus

Institut - Auteurs - Livres - Documents- Organisations
JEAN ROSTAND (1894-1977)

Discours du 15 novembre 1968.

Ce discours fut prononcé par Jean Rostand,
le 15 novembre 1968,
dans la salle de la Mutualité, à Paris..

" Chers amis

Comment peut-on être Persan ? s'écriait-on au siècle de Montesquieu. Moi, je dirais volontiers aujourd'hui : " Comment peut-on ne pas être citoyen du monde ? "

Quand on voit les atrocités, les injustices, les exactions commises au nom de l' idole patrie ; quand on voit à quelles sanglantes impasses conduisent tous les nationalismes ; quand on voit comment, pour un peu de pétrole, de cobalt, ou d'uranium, les sentiments les plus élémentaires d'humanité se trouvent bafoués ; quand on voit comment les exigences de l'égoïsme sacré font bon marché de la vie et de la dignité humaine, s'il s'agit d'assurer la possession d'une matière première ou d'une zone d' influence, quand on voit les sommes fabuleuses gaspillées pour des armements qui ne serviront jamais, ou qui, si par malheur ils servaient, mettraient en péril l'espèce entière, autrement dit, quand on voit les peuples se ruiner, ou pour rien, ou pour leur suicide ; quand on songe qu'avec ces dépenses militaires on pourrait créer partout l'abondance annoncée par Jacques Duboin, résoudre tous les problèmes économiques et sociaux - à cause desquels le monde est divisé en blocs antagonistes ; quand on songe à tout ce que la science, la médecine, la culture, la démocratie pourraient gagner à une pacification du monde qui libérerait tant de puissance et d'énergie, absorbées jusqu'ici par l'œuvre de mort ; comment ne pas rêver, tout au moins, d'une humanité sans frontières et capable enfin de se consacrer à des tâches non plus mesquinement nationales, mais planétaires.

Le spectacle que donne présentement le monde n' est pas fait pour rassurer les amis de la paix. Jamais il n' a paru plus désuni et plus éloigné de l'union. Partout flambent les nationalismes, les chauvinismes, les racismes, les fanatismes.

Partout règnent en maître l'esprit de rivalité, la volonté de domination, la sauvagerie des soi-disant civilisés.

A-t-on jamais le sentiment que les grands responsables de la planète - ceux qui tiennent entre leurs mains les vies de millions d'hommes - aient vraiment à cœur de rechercher l'entente, avec l'opiniâtreté, la ferveur, la probité qui seraient de mise ? A-t-on jamais l'impression qu'ils soient décidés à faire à la grande, à l'inégalable cause de la Paix, les concessions qu'elle commande et le sacrifice, même partiel, de leurs préjugés, de leur point d'honneur, de leur prestige, de leur intolérance. Est-ce que jamais l'on voit s'esquisser, même à titre d'essai, un geste qui soit sans arrière-pensée, et clairement dicté par la volonté de conciliation, un geste spirituellement désarmé, qui ne soit pas de tactique ou de propagande, qui ne vise pas à conquérir quelque avantage matériel ou moral, un geste gratuit enfin, qui ne soit teinté d'aucun impérialisme, ou national ou idéologique ?

Comment ne comprennent-ils pas, ces chefs d'Etat, si avides de gloire future, si emplis d'orgueil, qu'on ne peut plus se grandir aujourd'hui par l'épouvante qu'on inspire et que les seuls gestes historiques, ceux qui compteront dans la mémoire des peuples, seront des gestes d'apaisement, créateurs de sécurité et d'espérance. Et dans ce monde si dénué de fraternité, non seulement les bombes s'accumulent dans les arsenaux et sans cesse augmente le nombre des pays possédant ou briguant le hideux standing atomique, mais encore la décision suprême, assassine, dépend d'une volonté unique. Elle peut être prise par un seul homme, un seul : qui peut être un agité, un persécuté, un mégalomane, un névrosé enfin, puisque jusqu'à nouvel ordre on n'exige pas de ceux qui nous conduisent un certificat de psychiatre.

En un temps où la guerre n'est plus la guerre, mais peut-être le suicide de l'Homme ; où refuser la pais des vivants c'est préparer la paix des tombeaux, ne comprendrons-nous pas, enfin, qu'il y a mieux à faire, sur notre petite boule, qu'à échanger des défis et équilibrer les terreurs ? Or, il n'est qu'un moyen de conjurer le péril, un seul moyen de prévenir le déchaînement des forces infernales : c'est la constitution d'un gouvernement mondial.

Etre citoyen du monde, c'est parier pour la survie de l'Homme, comme Pascal pariait pour l'immortalité de l'âme. Mais croire à l'immortalité ne nous aide pas à devenir immortel, tandis que croire au monde uni pourrait contribuer à en hâter la venue.

Je pense en effet qu'il n'est pas indifférent pour la conduite présente des humains qu'ils aient ou non à l'horizon de leurs pensées un si haut objectif. Et je veux saluer, ici, la bonne initiative de Jacques Muhlethaler, qui a créé en Suisse l'école " Instrument de paix ", ayant pour but d'infuser dans l'enseignement scolaire les principes essentiels de toute civilisation, à savoir : le respect de la vie et l'esprit de tolérance. Armer l'esprit de l' enfant pour que sa main n'ait plus à être armée : voilà une belle formule. Oui, débarrasser, purger les manuels scolaires de tout ce qui peut nourrir les funestes séparatismes ; épargner aux collégiens le sinistre récit des batailles ; se garder de leur détailler les beautés de la stratégie napoléonienne, leur faire comprendre qu'un boucher sur un trône n'en est pas moins un boucher et que les arcs de triomphe et les colonnes Vendôme ne sont que des reliques d'une proche barbarie ; les initier aux découvertes scientifiques et aux progrès de la justice, plus qu'aux prouesses meurtrières ; les pénétrer de cette notion qu'aucune guerre n'est belle, qu'aucune victoire n'est glorieuse - puisque les Te Deum se chantent sur les charniers, leur enseigner dès le plus jeune âge qu'aucun peuple ne vaut plus qu'un autre, qu'aucune race n'est supérieure à une autre, qu'aucune patrie ne s'est au cours des temps noblement conduite plus qu'une autre ; leur montrer qu'il n'est pas d'histoire nationale qui ne soit un tissu de férocités et de félonies ; bannir des programmes tout ce qui peut contribuer à mettre dans l'esprit des jeunes un sentiment de primauté nationale, en quelques domaine que ce soit ; matériel, spirituel, moral.

Un de mes amis, professeur d'histoire, me citait naguère le mot d'un écolier qui venait de recevoir son livre d'histoire : " J'ai reçu mon livre de guerre. " Eh bien, nous ne voulons plus que les livres d'histoire soient des livres de guerre.

Ils sont de tous partis, de toutes confessions, de toutes opinions, les citoyens du monde. Il y a parmi nous des rationalistes et des mystiques, des croyants et des incroyants, des hommes qui respectent l'Homme parce qu'ils y voient une image de Dieu et d'autres qui le respectent simplement parce qu'il est l'Homme ; il y a des militaires - comme le général Jousse - et des objecteurs de conscience ; il y a des jeunes, beaucoup de jeunes heureusement, et aussi des vieux ; il y a même des lycées, n'en déplaise à M. Marcellin ; il y a des anarchistes et des hommes d'ordre ; il y a des hommes qu'on dit de droite et d'autres qu'on dit de gauche ; des violents et des non-violents ; des hommes qui pensent que la force doit aider au triomphe de ce qui doit être et d'autres qui n'admettent l'emploi que des armes de lumière ; il y a des hommes de logique et des hommes de rêve ; des hommes de vérité et des hommes de poésie ; il y a des hommes pondérés et aussi, fort heureusement, des hommes qui ont dans l'âme ce précieux grain de folie si souvent nécessaire pour secouer les sages inerties.

Mais ce qui, par-delà tant de différences, unit tous ces hommes, c'est le désir passionné de sauver la paix. Mot ambigu, je le sais bien, que celui de paix. Qui ne se dit pacifiste et ne veut en avoir le monopole ? Pour celui-ci, il n'est de pacifisme qu'intégral : être pacifiste, c'est refuser toute guerre, quelle qu'elle soit. Pour celui-là, c'est accepter seulement les guerres justes. Pour cet autre, c'est n'accepter que les guerres qui favorisent une évolution sociale seule capable d'instaurer une paix durable. Mais qui décidera si la cause qu'on veut servir - toujours un peu impure comme toute cause - mérite la tuerie qu'elle réclame ?

Questions angoissantes que tout sincère pacifiste a connues, qui mettent en balance des vies humaines avec des valeurs morales, telles que la liberté et la justice, ou, ce qui est encore plus embarrassant, des vies humaines avec d'autres vies humaines. A vrai dire, je crois que le pacifisme ne se laisse pas définir d'une façon rigide, dogmatique ; il est moins un engagement doctrinal qu'une manière profonde, viscérale, d'être et de sentir.

Pour moi, être pacifiste, ce n'est pas forcément être prêt à tout sacrifier à la paix, mais c'est quand même être capable de lui sacrifier beaucoup de choses et à quoi l'on tient.

Etre pacifiste, c'est ne prêter qu'une oreille méfiante à ceux qui recommandent aujourd'hui le massacre, sous prétexte qu'il en préviendra un plus copieux demain ; c'est, sans méconnaître les droits de l'avenir, donner la priorité à la vie des vivants ; c'est vouloir la paix, même si elle n'a pas tout à fait la couleur qu'on préfère ; c'est lui rendre grâce alors même que toutes nos passions n'y trouvent pas leur compte ; c'est admettre que l'intérêt de la paix puisse ne pas coïncider avec celui de notre patrie ou de notre idéologie ; c'est oublier cette ignoble vérité que le sang sèche vite ; c'est garder toujours présent à l'esprit l'inépuisable contenu négatif du mot PAIX, tout ce qu'il comporte en lui de non-souffrance, de non-détresse, de non-misère, de non-désespoir, de non-désolation ; c'est voir obstinément en toute guerre la gigantesque erreur judiciaire que fait la somme des peines capitales infligées à tant d'innocents ; c'est ne pas consentir aux grossières simplifications et falsifications que diffusent les propagandes pour attiser les haines ; c'est refuser d'égrener le chapelet des slogans de commande et des calomnies de consigne ; c'est ne pas clamer qu'on veut la paix quand on fait le jeu des fanatismes qui la rendent impossible ; c'est dénoncer sans relâche l'atrocité, l'ignominie de la guerre, mais se garder d'imputer à l'un des belligérants des atrocités hors série ; c'est s'interdire de dénoncer d'un côté ce qui se fait ou se ferait aussi du côté adverse ; c'est condamner, dans tous les camps, les jusqu'au-boutismes et les intransigeances ; c'est s'affliger quand, pour quelque cause que ce soit, on voit un fusil entre les mains d'un enfant ; c'est être obsédé par les fantômes de tous ceux qui sont morts pour rien ; c'est préférer que les réconciliations devancent les charniers ; c'est n'être jamais sûr d'avoir tout à fait raison quand on souscrit à la mort des autres…

Un monde uni ne pourra être bâti que par des hommes et des femmes ayant au cœur ce pacifisme-là . "

Au sujet du site