plan de cette partie du site - autres langues - sommaire

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Congrès des Peuples

Esperanto

Français

English

Español

Institut - Auteurs - Livres - Documents- Organisations
Chronologie du mondialisme et de la citoyenneté mondiale

Ce document au format pdf (4 pages)

1919 - 1921 - 1924 - 1937 - 1938 - 1940 - 1945 -
1946 - 1947 - 1948 - 1949 - 1950 - 1951 - 1953 - 1955 - 1956 - 1957 - 1959 - 1960
1963 - 1966 - 1968 - 1969 - 1970 - 1972 - 1974 - 1975 - 1977 - 1982 - 1983 - 1990 - 1991 -
2000 - 2003 - 2004 - 2006 -2007 - 2008 - 2009 - 2010 -
1919

La Société des Nations (SdN) est une organisation internationale introduite par le traité de Versailles en 1919 dans le but de conserver la paix en Europe. Basée à Genève, dans le Palais Wilson puis le Palais des Nations, elle est remplacée en 1945 par l'Organisation des Nations unies. Elle ne joue pas pleinement son rôle avant la Seconde Guerre mondiale.

Le principal promoteur de la SdN est le Président des États-Unis WOODROW Wilson. Selon son analyse de la Première Guerre mondiale, la diplomatie secrète est la cause principale et la Société des Nations doit y faire échec. Le 14ème point de Wilson constitue donc la base de cette association des nations. Toutefois, le Sénat américain, en s'opposant à la ratification du traité de Versailles, vote contre l'adhésion à la Société des Nations et les États-Unis n'en font jamais partie. Dans l'entre-deux-guerres, l'URSS et l'Allemagne nazie ainsi que le Japon (en 1933) sortent de la SdN.

1921

Création de l'Association anationale mondiale par un groupe d'Espérantistes (Sennacia Asocio Tutmonda)

1924 :

L'américaine Lola M.LLOYD et la hongroise Rosika SHWIMMER proposent un plan pour une Assemblée constituante mondiale dont les membres seraient élus directement par les peuples du monde entier pour rédiger une Constitution mondiale.

4 décembre 1937

L'américaine Lola M.LLOYD et la hongroise Rosika SHWIMMER fondent à Chicago la Campagne pour un Gouvernement Mondial.

Novembre 1938

Création en Angleterre de l'Union Fédérale "Federal Union",

En 1939 Federal Union fixe son siège aux Etats Unis. Par la suite " Federal Union " deviendra " Association pour unir les démocraties " "Association to Unite the Democracies"

En 1940

Création en Suisse du "Mouvement Populaire suisse en faveur d'une Fédération des Peuples"

En 1945

Etats Unis : le Comité pour la promotion d'une Constitution du Monde se réunit à l'université de Chicago et jette les grandes lignes d'une constitution mondiale.

Février 1946

Robert Sarrazac fonde avec deux amis, le "Centre de Recherches et d'Expression Mondialiste" en même temps qu'un petit réseau d'une vingtaine de camarades : "Le Front Humain des Citoyens du Monde".

1946 :

Le député anglais Henry USBORNE, reprenant l'idée de Lola Lloyd et Rosika Schwimmer (Assemblée Constituante des Peuples) se donne pour but de la convoquer. Un mouvement populaire : Croisade pour un gouvernement mondial "Crusade for World Government" soutiendra les parlementaires britanniques regroupés autour d'USBORNE.

13 au 16 octobre 1946

Les "Fédéralistes internationaux" se réunissent à Luxembourg et prennent le nom de "Mouvement pour un Gouvernement Fédéral Mondial"

En 1947

Etats Unis : Cinq petites organisations fédéralistes se réunissent à Asheville (Caroline du Nord) et conviennent de se constituer en une Union des Fédéralistes Mondiaux.

17 au 24 août 1947

Suisse : 51 organisations se réunissent à Montreux et fondent le Mouvement Universel pour une Confédération Mondiale. (MUCM)

En 1954, le nom de l'association fut changé en "Mouvement universel pour une Fédération mondiale (MUFM)", en anglais "World Movement for World Federal Government" jusqu'en 1956. Ensuite il s'est transformé en "World Association for World Federation" (W.A.W.F.) - Mouvement Universel pour une Fédération Mondiale), puis en "World Federalist Movement" (20e congrès, 1987).

L'ambition du Mouvement des Fédéralistes Mondiaux est "d'investir les institutions internationales d'une autorité politique démocratique, pour s'occuper de problèmes qui ne peuvent être traités qu'au niveau mondial, tout en reconnaissant la souveraineté des Etats dans certains domaines de leur politique intérieure". Le mouvement milite pour le renforcement de l'O.N.U. et sa démocratisation, pour une régulation politique de l'économie au plan mondial et pour la constitution de grandes "fédérations régionales", étape intermédiaire vers une fédération mondiale.

haut de page

25 mai 1948 :

Gary DAVIS, pilote américain de la dernière guerre, abandonne sa nationalité américaine et se place sous la protection de l'ONU.

5 au 11 septembre 1948 :

2ème conférence de Luxembourg. a l'ordre du jour : la révision de la Charte des Nations Unies. Création d'un Comité international de pilotage, chargé de coordonner toutes les actions en faveur de l'Assemblée Constituante.

19 novembre 1948

A Paris, Palais de Chaillot, siège des Nations Unies, Robert Sarrazac et Gary Davis interrompent l'Assemblée Générale des Nations Unies pour exiger la démocratisation et la supranationalité de l'ONU.

Simultanément, l'équipe du Front Humain des Citoyens du Monde lance l'idée de l'enregistrement des citoyens du monde et l'associe à la revendication d'une Assemblée Constituante des Peuples.

Dans le monde entier, la résonance de cet appel est extraordinaire : pour la première fois dans l'histoire, des centaines de milliers de femmes et d'hommes de tous les pays et de toutes origines, de toutes opinions, expriment ensemble la volonté de voir s'édifier une communauté mondiale civilisée.

9 décembre 1948

A Paris, au Vélodrome d'Hiver, plus de 17 000 personnes participent à une réunion au cours de laquelle est lue la réponse du Président de l'Assemblée Générale des Nations Unies à une lettre envoyée par les citoyens du Monde de Paris : "L'ONU n'est pas là pour faire la paix, mais pour la maintenir quand les États l'auront organisée".

10 décembre 1948

A Paris, L'ONU adopte la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Il y est précisé que :

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration Universelle des Droits de l'Homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives (préambule, 8ème alinéa)

La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. (article 21-3)

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet. (article 28)

1er janvier 1949 :

Le Secrétariat des Citoyens du Monde crée un Registre des Citoyens du Monde. L'annonce en est faite le 1er janvier par Gary Davis. Les statuts sont déposés le 27 juillet 1949.

En un an, dans 72 pays près d'un million de personnes demandent à s'enregistrer comme citoyens du monde.A tel point que certains Centres d'Enregistrement, ouverts à la hâte dans de nombreux pays, ne peuvent suffire à leur tâche et des demandes restent sans réponse.
D'autres centres remettent les cartes mais n'adressent pas les bordereaux correspondants au Registre International. Quelques escrocs exploitent aussi à leur profit l'enthousiasme et l'espoir...

5 avril 1949

L'Etat du Tennessee (USA) à l'initiative de l'avocat Fyke FARMER, adopte une loi organisant des élections officielles à l'Assemblée Constituante des Peuples. Celles-ci auront lieu le 3 août 1950 (3 députés dont FARMER seront élus, un par million d'électeurs).

Cette loi électorale sera déclarée illégale en 1952 par une Cour de justice américaine.

24 juin 1949

CAHORS, chef-lieu du département français du Lot, se déclare ville citoyenne du monde.

Cette première mondialisation a été le début d'un large mouvement qui concerne 974 villes, communes, départements, régions et même un Etat dans 13 pays. Près de la moitié des provinces du Japon ont adopté des déclarations de mondialisation. En 1966, un Conseil Mondial pour la Mondialisation a été créé par le M.U.F.M. et son siège se trouvait au Japon à Hiroshima. Ce Conseil est remplacé, depuis 2009, par le Conseil des Territoires Citoyens du Monde dont le siège est au Registre des Citoyens du Monde, 66 bd Vincent Auriol, 75013 PARIS.

24 et 25 juin 1950

CAHORS, pour fêter le premier anniversaire de la mondialisation de la ville une grande réunion a réuni plus de 5.000 personnes (la quasi-totalité de la population de l'époque) près du pont historique de Valentré.

Ces journées resteront - quoi qu'il advienne - gravées dans l'Histoire du Lot, de la France... et même du Monde. Des drapeaux aux couleurs mondiales flottèrent sur certains édifices publics à côté du drapeau tricolore, la foule en liesse se massait au pied de la Mairie pour écouter religieusement le prix Nobel de la Paix 1949, Lord BOYD ORR, fondateur à l'ONU de la FAO, venu de sa lointaine Écosse. Le pont VaIentré fut l'objet d'un des premiers spectacles " Sons et Lumières ". J'avais même composé le programme musical : le premier mouvement de la 1° Symphonie de Beethoven éclata dans un feu d'artifice ... Ensuite tout le monde, accompagné des délégations étrangères, emprunta la " Route Mondiale N' 1 ". Sur les hauteurs, les paysans avaient allumé d'immenses feux de la Saint-Jean. Arrivé à Saint-Cirq-Lapopie devant le village médiéval embrasé, André Breton, lui-même participant, fut frappé par l'ambiance surréelle (...)

Entretien avec le Docteur Louis Sauvé

http://www.recim.org/dem/lot.htm

30 décembre 1950 - 5 janvier 1951

Ouverture à Genève de l'Assemblée Constituante des Peuples, à l'initiative du Mouvement Populaire Suisse en faveur d'une Fédération des Peuples. Participation de délégués provenant de 27 pays (parmi lequels les 2 des trois députés mondiaux du Tennessee). Cette réunion se soldera par un échec sur le constat d'une légitimité représentative insuffisante.

haut de page

1951

En, 1951, le Registre International traverse une crise. L'enthousiasme a reflué, les militants sérieux et dévoués sont moins nombreux. La guerre de Corée et le durcissement des deux blocs rendent difficiles les progrès de l'idée de citoyenneté mondiale. Pendant plusieurs mois, quelques Centres nationaux d'enregistrement continuent à fonctionner normalement, tels Belgique, France, grande-Bretagne ou Italie. Le registre interrompt pratiquement ses activités.

24 au 29 septembre 1951

Conférence de Londres : création de l'Association Universelle des Parlementaires pour un Gouvernement Mondial. Cette association, due à Henry USBORNE, ira jusqu'à regrouper 800 parlementaires de 10 pays (en 1967). Au Danemark, 98 % des députés se déclareront mondialistes.

1952

En 1952, le Conseil Mondial pour l'Assemblée Constituante des Peuples prend la responsabilité d'une réorganisation du Registre International. Ce dernier est désormais administré par un Conseil de 13 membres : 4 membres désignés par les directeurs des Centres d'enregistrement accrédités, représentant les citoyens du monde enregistrés, 6 désignés par le Conseil Mondial pour l'ACP, et 3 cooptés pour leurs activités en faveur du mondialisme. Le Directeur est nommé parmi ses membres.

Période 1951-1957

Le MUFM, qui à l'origine avait obtenu l'appui de Lord BOYD ORR, prix Nobel de la paix 1949, de Lord ATTLEE, de Jean LECANUET, de Thor HEYERDHAL .., va être placé de son Congrès de Rome (1951) à son Congrès de la Haye (1957) sous la présidence de la forte personnalité du norvégien Hjalmar RIISER-LARSEN. L'enthousiasme qui se calme, la guerre de Corée puis la guerre froide, le "Mac-Carthysme" aux Etats-Unis, l'affaire de Suez en 1956, la tendance nettement minimaliste (c'est-à-dire en faveur d'une simple réforme de l'ONU) du MUFM, vont être les principales raisons de l'essoufflement du mondialisme et principalement du MUFM qui va voir ses effectifs chuter. Les Citoyens du Monde, plus "maximalistes", refuseront de se regrouper avec le MUFM.

1953

En 1953, l'activité régulière du Registre International reprend. De nouveaux Centres d'enregistrement sont ouverts en Suisse (1953), en Autriche (1955), année au cours de laquelle est également créé un Centre spécial Esperanto, puis, en 1957, en Suède et en Argentine. Le Centre d'Australie, tombé en sommeil, et celui d'Allemagne, dont le fonctionnement est insatisfaisant, sont au contraire fermés. La carte de citoyen du monde est imprimée en de nouvelles langues : grec en 1953, espéranto en 1955, suédois en 1957 et espagnol en 1962.

4 septembre 1953 : Garry Davis fonde " World Service Authority ", entreprise indépendante d'état civil.

29 mars 1955

Présentation du plan "NEPTUNO" au Ministère britannique des Affaires Etrangères (but : internationalisation des océans, des fonds marins et de l'Antarctique)

Le même jour, le ministre français Edgar FAURE présente un plan d'utilisation des fonds libérés par un désarmement universel pour l'aide aux pays sous-développés.

25 novembre 1956

Pour la première fois dans l'histoire, une force de police internationale intervient : les "casques bleus" prennent position en Egypte, après l'expédition franco-britannique sur le canal de Suez.

1957

Avec ses amis Maurice COZYN, pacifiste belge, et Jacques SAVARY, peintre et poète français (qui sera en 1965 le rédacteur de l'appel des 13), A.RODRIGUES-BRENT présente au Registre International des Citoyens du Monde le projet de CONGRES DES PEUPLES.

1958

En 1958, le Registre International des Citoyens du Monde est la première direction technique homologuée par le Conseil Mondial pour l'Assemblée Constituante des Peuples.

Jeanne Haslé, qui était alors responsable de la Direction de l'enregistrement en France, est nommée au poste de Directeur du Registre International en 1959.

Juin 1959

Création du GROUPE DE DENVER, Colorado - USA : Comité Mondial pour une Constitution Mondiale (World Committee for a World Constitutional Convention), animé à l'origine par Philip ISELY, qui de réunion en conférence (Genève, Milan...) ne cessera de militer pour l'assemblée constituante et parviendra même à commencer de réunir un Parlement Mondial des Peuples à Interlaken en (Suisse) et Wolfach en 1968.
http://www.wcpa.biz/

Le nom a changé : Association pour un Parlement et une Constitution Mondiale. Le "parlement" a pris le nom de "Parlement Mondial Provisoire". Il s'agit d'un parlement coopté, non élu. La 12ème session de ce "parlement" a eu lieu à Calcutta (Inde) au mois de Décembre 2010.
http://www.worldproblems.net/

22 avril 1960

Déclaration commune de l'Angleterre, de la France, du Canada, des USA et de l'Italie, à la conférence de Genève, selon laquelle ils seraient prêts à accepter un gouvernement mondial.

11 avril 1963

Encyclique du Pape Jean XXIII : "Pacem in Terris"

"De nos jours, le bien commun universel pose des problèmes de dimensions mondiales. Ils ne peuvent être résolus que par une autorité publique dont le pouvoir, la constitution et les moyens d'action prennent eux aussi des dimensions mondiales et qui puisse exercer son action sur toute l'étendue de la terre. C'est donc l'ordre moral lui-même qui exige la constitution d'une autorité publique de compétence universelle."

3 au 5 mai 1963

Un Congrès organisé par Maurice Cosyn réunit à Bruxelles une soixantaine de militants et représentants d'organisations de 12 pays. Il en sortira la création d'un mouvement " Action pour une Assemblée Constituante Mondiale " et le projet d'un " Congrès des Peuples ". Voir le compte-rendu fait par Jacques Savary dans le bulletin " Démocratie Mondiale "

23 mai 1963

Au cours d'une réunion tenue à Paris, la commission de suivi du projet de Congrès des Peuples prendra le nom de "Comité pour le Congrès des Peuples". Rodriguès Brent y est nommé Secrétaire Général.

3 mars 1966

Treize personnalités de réputation mondiale lancent l'APPEL des 13. Tout au long de l'année 1966 ce texte sera repris par différents journaux dans de très nombreux pays.

15 novembre 1968

Réunion de 3000 personnes à la Mutualité à Paris, organisée par le Centre Français d'Enregistrement des Citoyens du Monde, pour lancer la 1ère élection transnationale de l'histoire de l'humanité. A la tribune : Josué DE CASTRO, Mme NEHRU, Jean ROSTAND, aux côtés de Alfred KASTLER, Louis LECOIN, Clara CANDIANI, Léonide MOGUY, RODRIGUES-BRENT, Guy MARCHAND, Théodore MONOD ...

3 mars au 7 juin 1969

Première élection transnationale de l'histoire de l'humanité : c'est la 1ère tranche d'élection au Congrès des Peuples. 10.000 inscrits de 87 pays. Sont élus Jeanne HASLE (France) et Josué DE CASTRO (Brésil)

Les élections suivantes auront lieu en 1971, 1973, 1975, 1977, 1980, 1984, 1987, 1994, 1998., 2007, 2010.

22 Avril 1970

Première Journée de la Terre, aux Etats-Unis, à l'initiative du sénateur démocrate de l'Etat du Wisconsin GAYLORD Nelson. 20 millions de personnes ont répondu à son appel.

Tenu le 22 avril depuis 36 ans, le Jour de la Terre est devenu mondial en 1990. Aujourd'hui, 500 millions de personnes, dans 184 pays, participent chaque année à la fête de la planète.

10 décembre 1970

Nouvelle grande réunion des Citoyens du Monde : 3.000 personnes à la Mutualité. Le thème : l'ONU et les droits de l'homme.

17 décembre 1970

Résolution 2749 de l'ONU qui fait des fonds marins le PATRIMOINE COMMUN DE L'HUMANITE.

Mars 1972

Création du Corps Mondial de Secours.

Le 13 novembre 1970, un terrible raz de marée ravage le Pakistan Oriental (Bangladesh actuel), et provoque plus de 100.000 morts. Clara CANDIANI, l'Abbé PIERRE, Michel CEPEDE, Gilbert CESBRON, Théodore MONOD, Alfred KASTLER, Robert BURON... décident de créer un corps permanent de sauveteurs bénévoles spécialisés dans les secours de catastrophe naturelle, avec pour objectif de sauver des vies humaines et de venir en aide aux populations sinistrées dans le monde.
http://www.worldassistance.org

ONU : Création de l'UNDRO (Bureau du Coordonnateur des Nations Unies pour les secours en cas de catastrophe.), chargé de mobiliser et coordonner l'assistance fournie par divers organismes, comme la FAO, l'OMS, l'UNICEF. ...

1974

Colloque international à La Sorbonne, sous la présidence du Recteur Robert MALLET : "Biologie et devenir de l'Homme". Il en résultera la création du Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique. Le M.U.R.S. est une organisation indépendante, n’ayant aucun caractère gouvernemental, ethnique, politique ou confessionnel. Le M.U.R.S. cherche à harmoniser le savoir (objet de la science), le pouvoir (phénomène de société) et le devoir (obligation de la conscience morale individuelle ou collective).

haut de page

1975
  • Création de "Association of World Citizens" à San Francisco. Présidée par Douglas Matter de 1975 jusqu'en 2011, AWC travaille pour le désarmement, la démocratie mondiale, le renforcement des Nations Unies. AWC a collaboré pendant près de 30 ans avec le Registre des Citoyens du Monde. Plusieurs branches d'AWC sont membres de l'ASCOP
    http://www.worldcitizens.org
  • Sous la président du Recteur Robert MALLET : constitution du COMITE PERMANENT MONDIALISTE.

1977

Création d'Action d'Urgence Internationale par l'équipe d'urgence du Service Civil International.

5 juillet 1977 : Entrée en fonction effective du CONGRES DES PEUPLES, proclamée à la Sorbonne.

  • En juillet 1977, Le Congrès des Peuples donnera son agrément aux deux organisations de secours : Corps Mondial de Secours et Action d'Urgence Internationale.
  • 10 mars 1982

    Création du Fonds Mondial de Solidarité Contre la Faim.

    • Cette création faite sur la proposition de la commission "Faim, Développement et Mondialisme" du Centre Français des citoyens du Monde, répondait à l'appel contenu dans la déclaration n° 6 du Congrès des Peuples. Cette association s'inscrit dans une démarche mondialiste et mutualiste.

      Parmi ses objectifs à long terme, on y trouve la création d'un impôt mondial de solidarité, ainsi que la promotion d'une action auprès des Etats et organismes internationaux pour qu'ils acceptent les transferts de souveraineté nécessaires à la création d'une véritable Institution Mondiale de Solidarité.

      Depuis août 2004, le nom a changé en SOLIDARITE MONDIALE CONTRE LA FAIM.

      Agrément du Congrès des Peuples en septembre 1982 (Réunion plénière de Brighton).

    http://www.globidar.org

    22 au 30 juillet 1983

    Premiers Jeux Mondiaux de la Paix, organisés à Bellegarde sur Valserine.

    • Les Jeux Mondiaux de la Paix sont des rencontres humanitaires, sportives, culturelles et économiques ouvertes à tous les hommes et femmes de notre Monde, sans aucune distinction.

    Organisés par catégorie d'âge, dans les disciplines situées au plus près de la nature, les Jeux Mondiaux de la Paix ont pour but d'inciter les populations à la pratique de l'activité physique et sportive pour :

    • lutter contre les méfaits des grandes maladies de nos civilisations sédentarisées.
    • créer des liens d'amitié entre les participants et par là, favoriser la compréhension, la tolérance entre les hommes et les peuples pour servir la PAIX de demain.

    Les Jeux Mondiaux de la Paix tout en affirmant leur foi dans les principes humanistes du mouvement sportif actuel, sont une nouvelle modalité d'organisation des compétitions sportives internationales.

    23 au 26 avril 1990

    Tours. Assises du mondialisme "Le Monde en devenir".

    4 jours consacrés à la paix, au développement, à l'environnement et à la démocratie - 40 intervenants de 13 pays différents, devant un public de 800 personnes au total.

    12/16 mai 1990

    Réunion plénière du Congrès des Peuples à Genève. 19 délégués sur 36. Rencontre avec le sous-directeur général de l'ONU pour demander la création d'une "chambre des peuples".

    1991

    Création du Conseil International de Liaison pour une Autorité Mondiale de l'Environnement - CILAME.
    http://www.recim.org/cilame/

haut de page

28 octobre 2000

Le Registre International des Citoyens du Monde devient "Registre des Citoyens du Monde". La suppression de cette ancienne référence à l'international implique que les Centres Nationaux d'Enregistrement deviennent des Centres d'Enregistrement sis en telle ou telle ville, avec compétence universelle. Les Centres doivent exister en tant qu'association. Là où il n'y a pas d'association, une personne isolée devient Correspondant du Registre. Le Règlement Intérieur est composé des Directives établies en 1991, sans changement.

Décembre 2000

La City Montessori School (Lucknow, Inde) convoque la 1ère conférence internationale des Présidents de Cour de Justice.

  • Certaines constitutions nationales accordent à la justice le droit de changer une loi lorsque celle-ci est contraire à l'intérêt de l'humanité.
  • http://www.cmseducation.org/article51/index.htm

    25 au 27 octobre 2003

    Réunion plénière du Congrès des Peuples.

    Le Congrès des Peuples a fait un bilan du mondialisme et des activités liées à son existence. Il se prononce pour la création d'une Assemblée Consultative auprès du Congrès des Peuples où pourraient collaborer toutes les organisations mondialistes. Il modifie le règlement électoral du Congrès des Peuples.

    1, 2 et 3 octobre 2004

    Réunion à la Maison de la Citoyenneté Mondiale de Mulhouse (France)

    Une cinquantaine de personnes de 12 organisations mondialistes fondent l'Assemblée Consultative auprès du Congrès des Peuples (ASCOP), également appelée "Assemblée des Citoyens du Monde" depuis le 10 avril 2011

    L'ASCOP est actuellement constituée de 92 organisations et d'une multitude d'individuels actifs sur différents réseaux.

    2005

    Lukcnow (Inde) Fondation du Mouvement Mondial pour une Démocratie Planétaire. http://www.wmgd.net/

    4 mars 2006

    Le Congrès des Peuples crée le " Service Juridique d'Enregistrement ".

    • Ce service est destiné aux communautés et organisations qui souhaitent évoluer hors des cadres étatiques, tout en s'appuyant sur la légitimité démocratique issue d'élections transnationales mondiales à une assemblée à vocation supranationale. La création de ce service juridique d'enregistrement est le fondement d'un droit civil mondial en émergence.

    http://www.recim.org/civil/

    6 au 8 octobre 2006

    Premier Séminaire d'Etudes Mondialistes à Bohicon (Bénin), organisé par le CBDIBA organisation béninoise membre de l'ASCOP. 40 participants de 4 nationalités. Le séminaire, organisé selon les règles de l'ASCOP, s'est plus particulièrement penché sur l'histoire africaine et la contribution de l'Afrique à la démocratie dans le monde et à la démocratie mondiale.

    http://www.recim.org/ascop/pr06-fr.htm

    11 décembre 2006

    Lucknow (Inde). Les "Chefs de Justice" réunis au 7ème sommet mondial de la Justice, adoptent une résolution par laquelle les juges s'engagent, au moyen d'une meilleure information, à promouvoir les intérêts des enfants.

    22 septembre 2007

    Résultats de la 11ème élection au Congrès des Peuples.

    2, 3 et 4 novembre 2007

    Liège. Session du Congrès des Peuples

    2008

    Séminaire d'Etudes Mondialistes à Accra (Ghana).

    2009

Du 11 au 15 mai : Session du Congrès des Peuples à Brasilia

Du 14 au 17 décembre : Séminaire d'Etudes Mondialistes à Ouagadougou (Burkina Faso), avec la participation

  • 2010

Du 1er au 3 octobre : Séminaire d'Etudes Mondialistes à Lomé.

Du 5 au 8 novembre : Session du Congrès des Peuples à Zagora

  • 2011

    2012

Du 23 au 26 avril 2012 : Séminaire d'Études Mondialistes à Katana

 

  •  

 

Au sujet du site

haut de page